dimarts, 30 d’agost de 2016

VERSIONS D'YVES BONNEFOY VIII, per Àngel Carbonell

Zomernachtsuite 1, aiguafort, 2002,
per Pierre Alechinsky










L'ESTIU DE NIT VIII

Però la teva espatlla s'esquinça als arbres,
cel estelat, i la teva boca busca
els rius respirant de la terra per viure
entre nosaltres la teva anhelant i preocupada nit.


Oh, encara la nostra imatge,
portes prop del cor una mateixa ferida,
una mateixa llum on es mou un mateix ferro.

Divideix-te, que és l'absència i les seves marees.
Acull-nos, que tenim gust de fruits que cauen,
barreja'ns sobre les teves platges buides a l'escuma
amb la fusta a la deriva de la mort,

arbre de branques de nit dobles, sempre dobles.











Mais ton épaule se déchire dans les arbres,
ciel étoile, et ta bouche recherche
les fleuves respirants de la terre pour vivre
parmi nous ta soucieuse et désirante nuit.

O notre image encor,
tu portes près du cœur une même blessure,
une même lumière où bouge un même fer.

Divise-toi, qui es l'absence et ses marées.
Accueille-nous, qui avons goût de fruits qui tombent,
mêle-nous sur tes plages vides dans l'écume
avec les bois d'épave de la mort,

arbre aux rameaux de nuit doubles, doubles toujours.
















Cap comentari:

Publica un comentari a l'entrada