diumenge, 10 de juliol de 2016

VERSIONS D'YVES BONNEFOY II

The Bathing Cove, 1912, by Henry Scott Tuke








L'ÉTÉ DE NUIT II


Navire d'un été,
et toi comme à la proue, comme le temps s'achève,
dépliant des étoffes peintes, parlant bas.


Dans ce rêve de mai
l'éternité montait parmi les fruits de l'arbre
et je t'offrais le fruit qui illimite l'arbre
sans angoisse ni mort, d'un monde partagé.

Vaguent au loin les morts au désert de l'écume.
il n'est plus de désert puisque tout est en nous
et il n'est plus de mort puisque mes lèvres touchent
l'eau d'une ressemblance éparse sur la mer.

O suffisance de l'été, je t'avais pure
comme l'eau qu'a changée l'étoile, comme un bruit
D'écume sous nos pas d'où la blancheur du sable
remonte pour bénir nos corps inéclairés.



Green and Gold, 1920, by Henry Scott Tuke
L'ESTIU DE NIT II

Navili d'un estiu,
i tu com a la proa, com el temps s'acaba,
desplegant draps pintats, parlant baix.

En aquest somni de maig
l'eternitat pujava entre els fruits de l'arbre
i jo t'oferia el fruit que il·limita l'arbre
sense angoixa ni mort, d'un món compartit.

Vaguen al lluny els morts al desert de l'escuma,
ja no hi ha desert perquè tot és en nosaltres
i ja no hi ha mort perquè els meus llavis toquen
l'aigua d'una semblança esparsa sobre el mar.

Oh suficiència de l'estiu, et tenia pur
com l'aigua que ha canviat l'estel, com un so
d'escuma sota els nostres passos,
d'on la blancor de l'arena
remunta per beneir els nostres cossos ombrívols.









Cap comentari:

Publica un comentari a l'entrada