dijous, 31 de març de 2016

Traduccions de William Cliff, 5, d'Àngel Carbonell

El bany del cavall, de Joaquim Sorolla



















Un garçon (I)




j'étais un garçon solitaire oui
rien de ce qui plaisait aux autres ne
trouvait grâce pour moi très à l'écart
je cultivais des fleurs dans mon jardin
mais craignant qu'elles ne soient piétinées
je les tenais cachées fleurs vénéneuses
rarement belles rarement suaves
je les portais comme un secret maudit
dont les racines plongeaient dans mon coeur
pour le ronger de leurs succions barbares
et j'en avais des maux de tête alors
pour essayer de refroidir ma fièvre
je posais mon front nu contre un poteau
de fer supportant le poids du préau
et restais ainsi pendant que les autres
s'amusaient à leurs jeux qui m'ont paru
toujours contraignants toujours ennuyeux


j'aurais voulu comme les chevaliers
couverts de fer parcourir à cheval
les contrées sans culture grandes landes
où le pas de la bête est amorti par l'herbe
où le regard s'égare sans entrave
enfourché sur la peau de l'animal
avec entre mes cuisses son pelage
allant à travers ces landes bourrues
j'avançais sans savoir pourquoi j'allais
dans cette espèce de midi perpétuel
fait de soleil fraîchi de faible brise
et de bruit de feuillage remué
et d'herbe couchée et de gros cailloux
roulés par le sabot de la monture
(c'est étrange que comme dans les films
on n'a jamais faim ni soif dans les rêves
et qu'on peut vivre des jours infinis
sans un bout de pain dans son sac ni d'eau
dans un bidon pour se désaltérer)

j'avais encore en ce temps-là un nez
qui respirait puissamment les odeurs
et donc la transpiration du cheval
entrait profondément dans mes narines
et de la sentir j'avais de l'ivresse
une ivresse un peu lourde un peu maussade
comme en ont les garçons les jours d'été
qui sont trop longs et où il fait trop chaud

c'était dans le beau temps de la jeunesse
où l'on n'a pas le soin des choses borgnes
monarque prince on peut l'être à cet âge
simplement en allant sur un cheval
qui vit fièrement dans un paysage
de landes rêvées de ciel éternel
on n'avait pas à se soucier des forces
elles étaient en soi blotties vivantes
on les savait devoir fleurir bientôt
par une grâce inconnue attendue
plus sûrement que la venue du jour
lequel sans déroger revient toujours

vous avez déjà senti sur la peau
de vos jambes le pelage dur d'un
cheval? Cette chaleur? Cette présence?
Et en été pourtant ah! Quel ennui!
Quelle poisse cette sueur ah! Comme
cela colle désagréablement
sur la peau des jambes serrant la bête!

Cependant quand on se rêve à cheval
comment ne pas imaginer qu'on doive
un jour ou l'autre arriver quelque part?










Noi menant un cavall,
de Pablo Picasso


Un noi (I)




jo vaig ser un xicot solitari sí
no res del que agradava als altres no
em feia gràcia a mi tan distant
jo conreava flors al meu jardí
però recelant que fossin trepitjades
les tenia ocultes flors verinoses
rarament belles rarament benignes
les duia com un secret maleït
i les rels se'm capbussaven al cor
per rosegar-lo amb llurs succions bàrbares
i me'n venien mals de cap llavors
per procurar d'alleujar-me la febre
jo recolzava el front nu contra un pal
de ferro suportant el pes del pati
i romania així mentre els altres
es distreien amb llurs jocs que em semblaven
sempre obligatoris sempre avorrits

hauria volgut com els cavallers
coberts de ferro recórrer a cavall
les contrades incultes les grans landes
on l'herba esmorteix el pas de la bèstia
on l'esguard vagareja sense obstacle
muntat sobre la pell de l'animal
tenint el seu pelatge entre les cuixes
tot travessant aquestes landes aspres
avançava sense saber el perquè
en aquesta llei de migdia etern
fet de sol refrescat per un vent feble
i de remor de fullatge agitat
i d'herba inclinada i de còdols grossos
arrossegats per l'unglot del destrer
(és sorprenent que igual que a les pel·lícules
no tenim mai gana ni set als somnis
i podem viure dies infinits
sense un tros de pa a la bossa ni d'aigua
a la cantimplora per mitigar-la)

en aquest temps tenia encara un nas
que sentia potentment les olors
i per això la suor del cavall
m'entrava profundament als narius
i de percebre-la m'embriagava
una ebrietat un poc densa i esquerpa
com tenen els nois els dies d'estiu
que són molt llargs i fa massa calor

era quan el bell temps de la joventut
que no et preocupes de coses tortes
monarca príncep pots ser-ho aquests anys
simplement cavalcant sobre un cavall
que viu arrogantment en un paisatge
d'ermassos somiats de cel etern
no et capficaves per les teves forces
contretes en elles mateixes vives
sabies que havien de florir prompte
per una gràcia estranya esperada
amb més certesa que el llevar del dia
el qual sense falta retorna sempre

vosaltres heu sentit sobre la pell
de les cames el pelatge dur d'un
cavall? quina calor? quina presència?
això no obstant a l'estiu ah! quin fàstic!
aquesta suor és una pega ah! com
s'enganxa de manera desplaent
sobre les cames que estrenyen la bèstia!

no obstant quan et somies a cavall
com no t'has d'imaginar que bé pots
tard o d'hora arribar a alguna banda?










Cap comentari:

Publica un comentari a l'entrada