dissabte, 19 de març de 2016

VERSIONS DE WILLIAM CLIFF IV










L'ÎLE DE SAINT-PIERRE

après avoir suivi un vieux sentier
je vis soudain paraître l'ermitage
où tu vouas ton être tout entier
à la composition de cet ouvrage
qui malgré son petit nombre de pages
illustre tant ton âge finissant
oh! qu'il est doux de voir combien puissant
fut ton regard à l'orée de la mort!
(je pleurais le nez dans ta terre alors
que je humais le parfum de son sang
 
car il était délicat le parfum
qui émanait de ta terre isolée
au milieu de ce Lac où ton défunt
espoir de voir jamais la Renommée
couronner ta pauvre vie pourchassée
fuyait des chiens bardés de noms atroces)
oubliant leur méchanceté féroce
tu rappelas dans cette île sacrée
ce qui est au fond de l'homme et le force
à quitter les brisées de sa pensée

j'étais étendu face contre terre
le visage enfoncé dans la broussaille
près de tes arbres dont le front sévère
avait vu ton corps fuyant la criaille
de ceux qui ne racontaient rien qui vaille
à ton âge emporté vers l'eau profonde
mais sur cette île ton esprit remonte
pour embrasser enfin son aliment
parce que séparé des chiens immondes
il peut ici monter plus librement

je vois je sens la puissances des arbres
celle de leurs bras tordus par le vent
j'écoute le silence qui désarme
la tourmente écrasante de ce temps
j'entend ta présence me demandant
comment je vis tous les jours que Dieu donne
et enfonçant ma tête je somnole
dans ta poitrine et jusque dans ce corps
de terre et d'herbe d'arbres que couronne
un front sévère où tu mugis encor

et je recorde doucement le ton
qui fut le tien en faisant l'écriture
de cette errance où tu reçus le don
de l'illumination dans la nature
à présent couché sur sa croûte dure
le nez dans sa broussaille parfuméé
je pleure en pensant à la destinée
qui nous fit naître tous sur ce terreau
sans comprendre pourquoi notre journée
doit étourdie tomber au fond de l'eau

quand je rentrai au bateau des enfants
chantaient assis sur la plage où murmure
l'eau de ce Lac immense qui devant
ton île fait une défense sûre
ils étaient un peu bêtes mais l'allure
de leur esprit sûrement changerait
sous la poussée que ton île ferait
dans leur conduite aujourd'hui malhabile...
mais le bateau bientôt quitte le quai
et fait tomber dans l'eau liquide l'île







L'ILLA DE SANT PERE

després d'haver seguit un vell sender
vaig veure de sobte aparèixer l'ermita
on dedicares el teu ésser tot sencer
a la composició d'aquesta obra
que malgrat el seu petit nombre de pàgines
il·lustra tan bé les teves acaballes
oh! és dolç veure com de penetrant
fou el teu esguard prop de la mort!
(jo plorava el nas a la teva terra quan
ensumava el perfum de la seva sang

car era delicat el perfum
que es desprenia de la teva terra isolada
al mig d'aquest Llac on la teva difunta
esperança de veure mai l'Anomenada
coronar la teva pobre vida perseguida
fugia de gossos coberts de noms atroços)
oblidant llur maldat ferotge
recordares en aquesta illa sagrada
allò que és al fons de l'home i el força
a abandonar els esquinços del seu pensament

jo estava tombat cara a terra
el rostre enfonsat a la fullaraca
prop dels teus arbres on el front sever
havia vist el teu cos defugint la cridadissa
d'aquells que no explicaven res que valgués
a la teva edat enduta vers l'aigua pregona
però en aquesta illa el teu esperit remunta
per abraçar finalment el seu aliment
perquè separat dels gossos immunds
aquí pot pujar més lliurement

veig sento la puixança dels arbres
la de llurs braços torçats pel vent
escolto el silenci que desarma
la tempesta aclaparadora d'aquest temps
sento la teva presència demanant-me
com visc els dies que Déu dona
i enfonsant el cap m'adormo
al teu pit i fins al teu cos
de terra i d'herba d'arbres que corona
un front sever on tu encara remugues

i recordo dolçament el to
que fou el teu posant per escrit
aquest vagabundeig en què reberes el do
de la il·luminació en la natura
ara ajagut sobre la seva escorça dura
el nas al seu brossall perfumat
ploro pensant en el destí
que ens feu néixer en aquest terrós
sense comprendre perquè el nostre dia
ha de caure atordit al fons de l'aigua

quan tornava al vaixell uns nens
cantaven asseguts a la platja on remoreja
l'aigua d'aquest Llac immens que davant
la teva illa fa una defensa segura
eren una mica bèsties però l'aire
de llur esperit segurament canviaria
sota la influència que la teva illa exerciria
en llur conducta avui maldestra...
però el vaixell de seguida abandona el moll
i fa caure l'illa a l'aigua líquida











Cap comentari:

Publica un comentari a l'entrada