dissabte, 12 de març de 2016

VERSIONS DE WILLIAM CLIFF II










UN HOMME (Épopées)

l'aurore sur la plaine étend ses teintes mauves
le paysage est beau d'un horizon à l'autre
je sais que tout le jour je serai glorieux


regardez les rayons qui sortent de ma tête
et comment ma foulée fait à la terre fête
jamais un plus bel homme ici ne s'est montré

il marche librement sans se nourrir ni boire
son vêtement léger flotte autour de son corps
un air suave embaume toute sa mémoire

écoutez murmurer l'étoffe sur ses membres
la musique du monde enchanter ses poumons
et le vent se troubler quand se meuvent ses jambes

dans la plaine étendue où croît une herbe maigre
où çà et là un buisson pousse quelques branches
il marche glorieux comme un ancien prophète

son allure tranquille et son pas sur le sol
n'en finissen pas de bénir toute la terre
(dans les fils de sa barbe des fleurs des insectes

font un ornement autour d'un certain sourire
sur les lêvres pendant qu'il marche et qu'il respire
en buvant à cet air suave qui l'aère)

il n'a pas à courir au volant d'une auto
le bruit d'aucun moteur ne détruit son cerveau
il avance en posant son pied sur le caillou

oh! qu'il est beau ce corps qui marche en majesté
oh! la jambe la fesse le torse la tête
oh! cette épaule qu'elle est belle à regarder!

Mais les faciès je ne vois pas quel il peut être
les lèvres le nez les yeux bleus les joues la bouche
les oreilles les dents le regard les sourcils

les cheveux sur le cou en courtes boucles rousses
la barbe hirsute où gît tout un monde obscurci
d'insectes et de fleurs de poussière de rêve

il marche comme dans les films grandiloquents
où l'on voit pareil homme dans l'immense écran
traverser une plaine aride et solitaire

la gloire de sa tête encense quelque idée
que nous avons vécue dans une vie passée
lorsque la nuit jamais ne tombait sur la terre

et que l'astre du jour donnait incessamment
à l'homme de marcher et qu'à aucun moment
il ne veuille arrêter son pas dans la poussière

tel est l'homme que j'ai regardé aujourd'hui
marcher sans qu'il ait peur des miasmes de la nuit
ni qu'il désire se retourner vers l'arrière

il me ressemblait il te ressemblait aussi
quand il marchait et qu'il n'avait aucun souci
parce que le soleil snas fin dans l'atmosphère

brillait tant que cet homme allant du même pas
magnifique marchait dans l'odeur des son bras
dans la gloire azurée de ses fières paupières

sans craindre que le soleil dans le bleu du ciel
n'arrêtât le charroi de son bel appareil
ni que la nuit ne vînt éteindre sa lumière









Apol·lo, esbós de John Singer Sargent
UN HOME

l'aurora sobre la plana escampa els seus colors malves
el paisatge és bell d'un horitzó a l'altre
sé que tot el dia seré gloriós

mireu els raigs que surten del meu cap
i com la meva gambada festeja la terra
aquí mai no s'havia vist un home més bell

camina lliurement sense menjar ni beure
sa roba lleugera sura entorn del seu cos
un aire suau n'embauma tota la memòria

sentiu la remor del teixit sobre els membres
la música del món encantar-ne els pulmons
i el vent torbar-se quan se'n mouen les cames

a la plana estesa on creix una herba magra
on aquí i allà a un arbust li creixen algunes branques
camina gloriós com un antic profeta

el seu aire tranquil i el seu pas sobre el sòl
no acaben mai de beneir tota la terra
(als fils de la barba flors insectes

fan d'ornament entorn d'un cert somriure
sobre els seus llavis mentre camina i respira
bevent-se aquest aire suau que el ventila)

ell no ha de córrer al volant d'un cotxe
cap brogit de motor en destrueix el cervell
avança posant el peu sobre la pedra

oh! que n'és de bell aquest cos que camina en majestat
oh! la cama l'anca el tors el cap
oh! aquesta espatlla que n'és de bella de veure!

Però l'aspecte no veig pas quin pot ésser
els llavis el nas els ulls blaus les galtes la boca
les orelles les dents l'esguard les celles

els cabells sobre el coll en curts rínxols vermells
la barba hirsuta on es troba tot un món enfosquit
d'insectes i de flors de pols de somni

camina com a les pel·lícules grandiloqüents
on hom veu semblant home a la immensa pantalla
travessar una plana àrida i solitària

la glòria del seu cap encensa alguna idea
que hem viscut en alguna vida passada
quan la nit mai no queia sobre la terra

i l'astre del dia feia incessantment
caminar a l'home i que en cap moment
volgués aturar el seu pas a la pols

tal és l'home que he vist avui
caminar sense tenir por dels miasmes de la nit
ni desitjar tornar enrere

se m'assemblava se t'assemblava també
quan caminava i no tenia cap preocupació
perquè el sol sense fi a l'atmosfera

brillava tant que aquest home anant al mateix pas
magnífic caminava en l'olor del seu braç
en la glòria atzurada de ses orgulloses parpelles

sense témer que el sol al blau del cel
no aturés el carro del seu bell aparell
ni que la nit n'apagués la llum














Cap comentari:

Publica un comentari a l'entrada